De quel monde hériteront nos enfants à l’horizon 2050 ? De quel monde hériteront nos enfants à l’horizon 2050 ?
Cette question, qui trouve une résonance toute particulière dans le sillage des attaques du 13 Novembre, était le thème d’une Conférence de Jacques Attali... De quel monde hériteront nos enfants à l’horizon 2050 ?

Cette question, qui trouve une résonance toute particulière dans le sillage des attaques du 13 Novembre, était le thème d’une Conférence de Jacques Attali organisée dans l’Auditorium du Louvre le 7 Novembre en marge de l’exposition « Une Brève Histoire de l’Avenir ».

 

Affiche de l'exposition "Une Brève Histoire de l'Avenir" au musée du Louvre

 

Accompagné du pianiste Yaron Elman, et illustrant son exposé d’extraits de films visionnaires ou provocateurs, Jacques Attali s’est ainsi livré à un brillant exercice de prospective sur les 35 prochaines années.

A cet horizon 2050, certaines évolutions apparaissent assez prévisibles, en particulier les données démographiques, avec très vraisemblablement :

  • Une population mondiale de 9,5 milliards d’habitants,
  • Une espérance de vie ‘mondiale’ de 85 ans,
  • Deux tiers des habitants de la planète qui habiteront en ville (contre un tiers aujourd’hui),
  • Des flux de migrations encore plus importants qu’aujourd’hui.

Les évolutions technologiques et scientifiques apparaissent presqu’ acquises également, autour de 5 grands piliers :

  • Le numérique : en particulier le web sémantique (capacité à dialoguer avec les machines), la vidéo 3D à distance (permettant une quasi-téléportation) ou encore des systèmes de traduction automatiques de contenus en temps réel,
  • La génomique, dont la capacité à clôner et ‘optimiser’ les organes et les organismes,
  • Les nano-technologies ouvrant la porte à de nouveaux matériaux,
  • Les neuro-sciences qui stimuleront les capacités de l’Homme à mieux apprendre, mieux réfléchir et mieux vieillir,
  • La maîtrise de nouvelles formes d’énergie.

 

Jacques Attali sur scène au Louvre pour sa conférence "Une Brève Histoire du Temps"

Crédit photo : Babylone Harmonie 

A côté de ces évolutions démographiques et scientifiques, il apparaît beaucoup plus incertain de prévoir de quelle manière vont être façonnés les courants esthétiques et idéologiques à l’horizon 2050. S’il apparaît acquis que le déclin relatif de l’empire américain a déjà commencé, il est difficile de déterminer si nous sommes  dans une période comparable :

  • à la chute de l’Empire Romain -un empire resté sans successeur pendant 8 siècles, générant une forte période de troubles-,
  • ou à la fin de l’Empire Britannique, supplanté dans la première moitié du 20e siècle par les Etats-Unis autour d’un nouvel ordre mondial très structuré.

 

Thomas Cole : "Le destin des empires, destruction", New York Historical Society

Illustration : Thomas Cole : « Le destin des empires, destruction », New York Historical Society

 

Parmi les successeurs souvent évoqués à l’Empire Américain, Jacques Attali écarte :

  • la Chine, qui disposera certes à partir de 2016 d’une production plus élevée en valeur que celle des Etats-Unis, mais n’a jamais vraiment éprouvé dans son histoire de désir d’hégémonie mondiale et sera confrontée à de trop grandes difficultés intérieures : déclin démographique notamment et vieillissement de la population alors même que les structures sociales et les infrastructures sanitaires n’y sont pas préparées,
  • Le Japon, qui a laissé passer ses « chances » de domination dans les années 80, et sera confronté à des problèmes similaires de déclin démographique,
  • L’Inde, qui disposera certes d’atouts très importants (une production positionnée au 3e rang en 2050 après la Chine et les Etats-Unis, la maîtrise de l’anglais, un niveau avancé de sophistication culturelle et technique, ainsi qu’un budget militaire très élevé), mais demeurera handicapée par des disparités socio-économiques trop importantes au sein de sa population,
  • Et l’Union Européenne, qui pourrait en renforçant son processus d’unification prendre la forme d’une super-puissance, mais restera probablement empêtrée dans des divisions et problèmes actuels de gouvernance. A noter qu’à l’horizon 2050, la France et la Grande-Bretagne auront probablement supplanté l’Allemagne comme premières puissances du continent, l’Allemagne disposant à cet horizon d’une population inférieure à celle de la France.

Suite au déclin de l’Empire Américain, et en l’absence de puissance alternative apte à reprendre seule le flambeau, Jacques Attali entrevoit donc une période de co-gouvernance de l’ordre mondial par un ensemble de nations, avec une coordination internationale de type « sommets du G20 ». Il faudra alors compter avec de nouveaux acteurs d’envergure internationale au regard notamment de leurs poids démographiques :

  • l’Indonésie, l’un des pays qui connaît la croissance démographique et économique la plus rapide,
  • le Nigéria,
  • mais aussi des pays comme l’Ethiopie, la RDC, le Brésil ou le Mexique.

A noter que l’Afrique disposera de 2 milliards d’habitants en 2050, dont la moitié qui aura moins de 18 ans : un immense défi à relever en matière d’éducation, d’infrastructures et de développement économique ! En particulier s’il s’agit d’éviter de gigantesques mouvements de migrations.

Eclair Rouge traversant la Pyramide du Louvre

Crédit photo : Babylone Harmonie 

 La 3e étape prévue par Jacques Attali sera la domination des puissances de l’Argent et du Marché, dans une sorte de déferlante inexorable. Alors que depuis mille ans, la démocratie et le marché se développaient main dans la main, on assiste de manière croissante :

  • à un discrédit des systèmes démocratiques, qui demeurent « localisées » dans certaines régions du monde, sans extension à l’ensemble de la planète,
  • avec au contraire un marché qui se renforce, se globalise et transforme en marchandise tout ce qu’il approche : services publics, éducation, médecine et sciences du vivant, eau et énergie, sexualité, formes d’épanouissement…

Il est à craindre dans ce contexte la mise en place d’un ordre mondial basé sur une dé-loyauté et un individualisme généralisés, sans solidarité envers autrui ni entre les générations, et avec un droit constant à changer d’avis, sans principe ni valeur solidement ancrés. Une nouvelle forme d’esclavage jouissif aux puissances du marché.

 

Dans un contexte de marché prédateur et de gouvernance mondiale affaiblie, tout est donc en place pour qu’une destruction gigantesque se produise, compte tenu notamment de défis colossaux :

  • les enjeux climatiques : D’ici 2050, la température de la planète aura probablement augmenté de 2 à 4°. La Sibérie, sous l’effet de ce réchauffement, devrait devenir cultivable, suscitant des convoitises et rendant plausible l’éclatement d’un conflit entre la Chine et la Russie.
  • l’accès à l’eau douce et à la nourriture : deux ressources qui se raréfieront dans certaines régions du monde frappées par le réchauffement.

Dans l’histoire de l’humanité, les périodes de grande chaleur ont toujours été corrélées à une augmentation des conflits.

Sur la base de ces constats, Jacques Attali encourage donc chacun à méditer et avoir le courage de s’engager pour éviter le pire (comme ont su le faire les Résistants aux pires heures de la Seconde Guerre Mondiale, quand le destin du monde semblait en passe de basculer irrémédiablement).

Il ne s’agit d’être ni optimiste ni pessimiste, qui sont des attitudes de spectateurs, mais bien selon Jacques Attali d’agir chacun dans son poste et sa vie quotidienne, en actionnant les leviers citoyens d’action et d’influence à notre disposition.

 

Vue nocturne de la Pyramide du Louvre avec éclair rouge

Crédit photo : Babylone Harmonie 

 

Une très belle soirée de la géopolitique-fiction, utile pour méditer sur l’avenir pas si lointain de notre société et de nos civilisations. La « mise en scène » de la conférence avec les interludes au piano et les extraits de film supportait la présentation avec finesse et élégance. Le propos se voulait simple et percutant, sans noyer l’auditoire ni dans les chiffres ni les théories complexes. J’aurais toutefois préféré que Jacques Attali s’attarde davantage dans sa conclusion sur les pistes qu’il recommande pour infléchir le cours des grandes évolutions qu’il annonce. Et donner ainsi un peu plus de consistance à l’invitation qu’il lance aux citoyens de se révolter contre ce qui peut apparaître comme une fatalité.

 

Pour prolonger cette réflexion, nous vous encourageons à découvrir l’exposition temporaire du Louvre, « Une Brève Histoire de l’Avenir », qui entre dans sa dernière ligne droite (tombée de rideau le 4 Janvier 2016). Informations et réservations par ici :

Lien vers la fiche de l'exposition sur la plateforme Babylone Harmonie

Babylone Harmonie Au Service de l'Epanouissement Parental

Babylone Harmonie facilite à Paris l'accès des Parents aux Sports, aux Loisirs et au Bien-Etre, dans une période de leur vie où ils sont confrontés à des contraintes spécifiques de gestion du temps, de mode de garde et de budget. Notre moteur de recherche vous permet de choisir en quelques clics parmi une offre d'épanouissement adaptée à votre vie de parents (sports, ateliers artistiques et culturels, sorties en familles, activités pour enfants...). Redonnez des couleurs à vos loisirs de jeunes familles ! Avec Babylone Harmonie, c'est simple, flexible, accessible et solidaire. Retrouvez-nous sur : www.babylone-harmonie.com

Pas encore de commentaire.

Soyez le premier à commenter cet article.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *